Logo Pays de Saverne
contact
intranet
support
Bean's Holiday - les difficultés de circuler en zone rurale
illustration © www.beansholiday.com, utilisé à titre d'extrait
Benjamin GODFROY

Dure mobilité en milieu rural !

Ressources et Liens
Ce matin, j'ai rendez-vous à Sarre-Union pour parler d'un projet d'hydroélectricité avec un représentant de la commune. Travaillant à Saverne et n'ayant pas de voiture, c'est le début d'une grande réflexion sur la mobilité durable sur notre territoire. 
 
La veille, lorsque j'ai appris que j'avais un RDV professionnel à Sarre-Union, j'ai cherché différentes possibilités pour m'y rendre. Voici une analyse des différentes possibilités qui s'offrent à moi.
Calcul d'itinéraires en Alsace
par Benjamin GODFROY
Autopartage
Portail de Covoiturage
covoiturage en temps réel

Les transports en commun

location de voitures entre particuliers
Premier constat : le réseau de transports en commun sur le territoire du Pays de Saverne n'est pas très développé. Cependant il est important de noter l'existence d'un site internet : vialsace.eu qui recense l'ensemble des transports en commun alsacien et vous calcule votre itinéraire. Ce site internet, clair et facile d'utilisation, me calcule un itinéraire depuis Saverne pour Sarre-Union. Résultat : 7H48, départ en bus de Saverne pour Sarre-Union, arrivée à 8h34. Le trajet met donc 45 minutes au total, c'est plutôt bien, en voiture j'aurais mis 35 minutes. On peut donc dire que le transport en commun est assez performant au moins en termes de temps, mais pas très flexible. Il y a en effet un vrai problème concernant la fréquence des bus. Le bus de 7h48, est le dernier bus de la matinée entre Saverne et Sarre-Union. Pour rentrer en bus, il me faut attendre 13h15. Je paye 2€ par trajet en bus, ce qui est très bon marché. 
 
En résumé : 
vitesse : + 
Fréquence : - 
Confort : + 
fiabilité : ++ 
Tarif : +++
Il y a en effet un vrai problème concernant la fréquence des bus. Le bus de 7h48, est le dernier bus de la matinée entre Saverne et Sarre-Union. Pour rentrer en bus, il me faut attendre 13h15.

L'auto-partage

L'entreprise Citiz propose de l'auto-partage en Alsace. Il s'agit d'un système de partage de voitures avec un abonnement mensuel. Ensuite, l'usager paye en fonction de l'utilisation de la voiture : heures d'utilisation et Km parcourus. 
Pour le trajet Saverne-Sarre-Union et une utilisation de 4h de la voiture, le coût aurait été de 48,8€. Ce qui est plutôt cher. Comme une seule voiture est accessible en gare de Saverne, il existe donc un risque d'indisponibilité du véhicule. Le trajet Saverne-SarreUnion aurait duré 35 min. 
 
En résumé : 
Vitesse:++ 
Fréquence : + 
Confort : + 
fiabilité : + 
Tarif : - -
Pour le trajet Saverne-Sarre-Union et une utilisation de 4h de la voiture, le coût aurait été de 48,8€ !

Le covoiturage

J'ai recherché le trajet sur un site de covoiturage : blablacar : covoiturage.fr. Les tarifs sont plutôt avantageux, mais mon trajet n'était pas disponible. Ce type de transport nécessite une très bonne circulation de l'information entre le conducteur et le passager. 
 
En résumé : 
Vitesse : ++ 
Fréquence : -- 
Confort : + 
fiabilité : + 
Tarif : +

Vers un covoiturage en temps réel ?

Le covoiturage en temps réel reprend les intérêts du covoiturage traditionnel en gommant certains de ses désavantages. 
Fonctionnement : 
Vous êtes passager et vous possédez un smartphone avec un abonnement internet et une fonction GPS. Vous vous connectez à votre application de covoiturage en temps réel, vous entrez votre destination. Un conducteur connecté à la même application effectuant à peu près le même trajet reçoit une demande pour venir vous chercher. Il accepte ou refuse en fonction du détour à effectuer des commentaires des autres internautes sur votre profil (ceux qui ont déjà effectué un trajet avec vous). S'il accepte, vous recevez une notification et peu de temps après votre conducteur arrive. 
Solution du futur, il peine à se développer pour plusieurs raisons : 
-L'application nécessite une technologie assez complexe, aujourd'hui nous sommes cependant capables de répondre aux exigences de cette technologie. 
-Pour fonctionner, le covoiturage en temps réel nécessite que tout le monde possède un smartphone. Ce qui laisse de facto certains publics de côté, les personnes âgées notamment. Cependant, une part toujours grandissante de la population s'équipe en smartphone. Ainsi, La Mobile Marketing Association (MMA) estime que plus d'un français sur 2 (50,7%) possède un smartphone en juin 2014. 
-Le vrai problème réside dans le développement d'un réseau important. Il faudrait qu'un seul opérateur soit présent sur le marché pour favoriser les externalités positives de réseau. Plus, il y a de personnes appartenant au réseau de l'application X, plus le service est efficace (il y aura plus d'offres et de demandes de covoiturages en temps réel sur le territoire) et entraînera d'autres personnes à rejoindre le réseau. (car le service sera encore plus efficace, etc.). Il existe cependant un risque économique. Ce monopole pourrait fixer des prix de commissions importants, comme le fait par exemple Blablacar dans le covoiturage classique. Aujourd'hui, le problème réside dans le fait qu'il n'existe pas d'opérateur principal. On peut par exemple citer 2 applications : 
« Direct covoiturage » ou encore « roulezmalin.com » 
 
Des expériences semblables ont déjà été développées sur d'autres territoires, ce sera l'occasion d'écrire une nouvelle chronique pour partager ces expériences.
Solution du futur, le covoiturage temps réel peine à se développer pour plusieurs raisons.

L'auto-stop

L'auto-stop est un système de partage de voiture. Le conducteur accepte de prendre quelqu'un dans son véhicule sans rémunération. En général, en échange du service rendu, l'auto-stoppeur s'engage à « faire la conversation » avec le chauffeur. Le stop est souvent un moment de grande convivialité pour le chauffeur et le passager. L'auto-stop est aussi beaucoup plus spontané, moins organisé, il suffit de tendre le pouce sur le bord de la route. 2 problèmes peuvent cependant être évoqués : la prise de risque de l'auto-stoppeur et du conducteur. Les 2 individus ne se connaissent pas du tout mais acceptent de voyager ensemble. La seconde limite est le caractère très aléatoire de l'auto-stop. Les conducteurs sont libres de proposer le voyage à l'auto-stoppeur et aussi libres de refuser. Il est évident que ce mode de transport est en moyenne plus long qu'un transport en covoiturage ou un transport en commun. 

En résumé :  
-vitesse : aléatoire 
-Fréquence : - 
-Confort/Convivialité : + 
-fiabilité : -- 
-Tarif : +++

Récapitulatif pour un trajet Saverne-Sarre-Union

Sur un simple trajet entre 2 villes importantes du territoire : Saverne et Sarre-Union il est difficile de se déplacer autrement qu'en voiture. Imaginez pour les petits villages ! Or, il est prévu dans le Schéma Régiona Climat Air Énergie de réduire la part modale de la voiture et notamment la distance des trajets. Cette expérience m'invite donc à essayer de trouver des solutions pour créer une alternative au tout voiture. Renforcement des transports en communs ? Développement du covoiturage en temps réel ? Baisse des prix de l'autopartage ? Toutes vos propositions sont les bienvenues !! 
 
Epilogue : Pour ma part j'ai fait le choix des transports en commun pour me rendre à Sarre-Union !